Au-delà de la souffrance, du deuil et des ruptures.

 

Un autre regard ... 

  • Je suis brisé(e) !
  • Je suis perdu(e) !
  • Je ne sais plus où j'en suis ... 
  • Je fais une dépression.

Je me souviens de mon 1er grand deuil, le jour où j'ai perdu mon père. J'avais 22 ans à l'époque et la nouvelle s'est abattu sur moi comme une douche glacée. D'ailleurs je ne voulais pas croire à cette nouvelle, et j'ai dis à la personne que si c'était une blague elle était de très mauvais goût ...  Et pourtant je ne m'entendais pas du-tout avec cet homme lunatique et parfois violent. 

Je me souviens, de la douleur intense que j'ai ressenti au milieu de la poitrine,comme si je n'avais plus de cœur, et qu'à la place gisait un trou béant où passait le vent. J'avais l'impression de ne plus avoir de substance, de contenance et que si on soufflait trop fort je risquais de m'envoler à tout jamais. Il y à 35 ans que mon père est " décédé" ... 

A l'époque, même si j'avais déjà mis les 2 pieds dans l'astrologie, je n'avais ni l'expérience, ni l'ouverture que j'ai aujourd'hui. 

Depuis de nombreux deuils et séparations sont venues jalonner ma route. Et j'ai eu tout le " loisir " d'observer ce qu'il se passe à l'intérieur de nous. 

Les étapes du deuil.

Communément nous connaissons 7 grandes étapes du deuils.

1) Le choc de l'annonce, un état d'hébétude et de dénie. Ce que j'ai fais en demandant si c'était une mauvaise blague ... 

2) La douleur, parfois accompagné par un sentiment de culpabilité...

3) La colère issue du sentiment d'injustice et le " Pourquoi " lui ou elle ? Pourquoi ça lui est arrivé ? Pourquoi ça s'est passé comme ça ? 

4) Le marchandage émotionnel, rencontré plus lors de séparation affective, mais qui fait parti du deuil également.

5) La dépression .

6) La reconstruction .

7) L'acceptation . 

Si je passe les étapes, c'est parce que mon propos ne veut pas t'amener là. Tu trouveras d'excellents articles sur le sujet et sur de nombreux blogs.

Dépression et abandon .

Il se peut que la douleur t'emporte comme un tsunami et que tu ressentes le besoin, de te sentir soutenu(e) . Ton médecin te proposera alors de prendre quelques pilules colorées pour t'aider... 

Notre civilisation s'est coupée des grands cycles de la vie, des grands enseignements, et plus j'écoute mes consultants et leurs histoires d'amour qui finissent mal en général plus je suis persuadée que la souffrance et la douleur ont un sens.

Souvent je pense ; " ah ça y est le travail peut commencer ! " J'ai presque envie de dire que je m'en réjouis... 

Et non, je ne me réjouis pas du malheur des autres, mais parce que j'ai été souvent exposée à la douleur et à la souffrance j'ai voulu aller plus loin et j'ai observé, en moi en 1er, puis à travers mes consultants ensuite les mécanismes de la souffrance.

Non pas de façon psychanalytique, mais bien vibratoire.

Oui je sais, parler de la douleur comme une vibration va peut-être te choquer. Surtout si tu es en plein divorce ou que tu viens de perdre physiquement une personne chère. 

 Mais que se passe t-il au niveau de notre corps ?

L'abandon .

Les grands deuils, séparations et souffrances sont des instants mal compris ( à mon sens) , mal interprétés car encore une fois notre société à stigmatiser ces étapes là.

A chaque fois que j'ai eu un grand deuil, ou une rupture amoureuse particulièrement douloureuse, j'ai remarqué que mon corps était sans force, comme un abandon, un manque d'intérêt pour tout et tous ... Et si c'était justement cet état vibratoire qu'il était juste de ressentir ?  Tu remarqueras que dans cet état là , tu n'en à rien à faire des petites mesquineries de la vie ... Plus rien à faire de rien ... 

Mais que se passe-t-il ? Alors bien sûr la bio-chimie nous apprend que notre corps participe activement au deuil. Cela commence avec le syndrome du cœur brisé, ( symptôme somme toute très rare ) qui se traduit par une cardiomyopathie, c'est à dire un affaissement du ventricule gauche , principal responsable du pompage au niveau cardiaque. Les glandes surrénales fabriquent plus de cortisol, l'hormone du stress qui va te donner des insomnies, ton système immunitaire lui aussi devient moins efficace, et c'est dans ces périodes là que tu as plus de risque d'attraper une maladie type grippe ou autre... Un truc qui va te mettre encore plus à plat! 

Quelque-chose en toi abandonne la partie! Mais est ce que tu t'es interrogé sur le " quelque-chose", que peut bien être ce quelque-chose ? Je crois bien que c'est l'ego qui jette l'éponge, l'ego qui se sent englouti par un tsunami émotionnel  qu'il ne peut pas gérer, un typhon, un ras de marée qui va l'emporter ( temporairement , car il va revenir rassure-toi) l'emporter au loin ... 

En un instant le silence se fait à l'intérieur de toi, tu es hagard, perdu, désorienté, un espace de souffrance et de silence car l'ego vient peut-être pour la toute 1ère fois de déserter ! 

Comme je te l'ai dis , j'ai eu grandement l'opportunité d'observer ce phénomène en de bien nombreuses occasions ... Bien sûr les 1éres fois comme toi, j'ai détestais être dans cet état , qui aime souffrir ? Et puis à force de pertes en pertes j'ai commencé à observer, à devenir l'observateur neutre de ce qui se passait ... ( merci à mes 4 années d'enseignement yogi) ... 

Et dans cet espace d'observation, j'ai vu la douleur et la souffrance sous un autre jour. J'ai entre-aperçu dans un 1er temps un autre espace, plus grand, plus spacieux, qui m'amenait à voir la vie de façon tellement plus intense ... Certains jours j'avais l'impression de marcher à côté de mes pompes ( rires ) mais de façon bien réelle.J'avais juste la force d'être là , seconde après seconde dans l'impossibilité de me projeter 5 minutes plus tard. Un instant d'éternité à chaque fois, à chaque souffle , à chaque inspir-expir de douleur. Bien -sûr que les larmes coulent, et que le corps est anesthésié .... Mais justement est ce que ce n'est pas là où nous devons allé ? 

Ouvrir une porte 

Bienvenue à la maison .

Ne vois pas dans ce sous-titre une provocation de ma part, qui te dirais que notre état naturel est dans cet espace ... 

Néanmoins, j'ai quand-même envie de te dire " bienvenue dans ton espace de vulnérabilité" qui te propose de vivre dans l'ouverture totale à ce qui est , sans y mettre une once de jugement ( de toute façon tu n'as pas la force de juger !!!) 

Depuis, je vois le deuil comme un chemin initiatique, comme une possibilité dentre-voir d'autres mondes , d'autre charge magnétique différente... d'autres substances plus subtiles que ma vie quotidienne effrénée m'empêche de ressentir. 

Dans cet espace où l'ego plie le genou, s'incline je ne peux rencontrer que mon âme, que la puissance de l'amour de mon âme, qui sait qu'elle n'a rien ni personne à défendre ! 

Dans cet espace de silence, j' accompagne l'instant présent, je suis l'instant présent et il n'existe rien d'autre. 

Le deuil et les grandes souffrances me permettent de voir au-delà du voile de la réalité de l'ego. Dans cet espace ouvert je peux toucher à d'autres dimensions de moi et du monde... Je participe pleinement au cycle de la vie et de la mort, cycle éphémère qui n'existe que dans ma dualité et ma vision binaire. Dans cet espace il n'y a plus ni le bien ni le mal ... Il y a juste : " Respire France, n'oublies pas de respirer et laisse-être... " . 

 

Dans la joie du partage .

France-Marie Guilhamet.

Astrologue conseils. 

Laisser un commentaire

Nom .
.
Message .
best social proof app shopify